Le développement de la psychothérapie en ligne

Selon un article paru en Octobre 2012 dans Le Journal des Psychologues n° 301 et écrit par Yann Leroux, la psychothérapie en ligne devient réalité.

La psychothérapie a d’abord été l’objet de discussions sur internet avant d’être une pratique clinique.

Le contact en ligne entre patients et psychothérapeutes s’est fait peu avant les années 2000.
Le nombre de professionnels en ligne augmente peu à peu.

En 2000, des psychothérapeutes se groupent dans le cadre de l’International Society for Mental Health Online. Ils formalisent le cadre du travail psychothérapeutique en ligne en produisant des recommandations. Et ce, qu’il s’agisse de psychothérapies en face à face où le mail joue un rôle, de thérapies où le premier contact a lieu en ligne, de conseils donnés par mail, ou encore de thérapies où l’internet jour un rôle majeur..

Des psychologues, psychiatres et psychanalystes francophones sont en ligne depuis les années 90 (site sur la psychanalyse, groupes de discussions, forums, etc …).

Peu de cliniciens rapportent l’expérience clinique qu’ils ont avec le cyberespace alors même que l’offre de psychothérapie en ligne se développe.
Les dispositifs utilisés sont variés : webcam, e-mail ou chat ; prix à la minute, par “pack” ou à la séance. Nous parlons de thérapies par téléphone ou par ordinateur. Les champs théoriques vont de l’analyse centrée sur la personne à la psychanalyse en passant par des pratiques farfelues.

Les psychologues peuvent se saisir d’Internet et l’intégrer dans leur travail clinique, dans leur travail de recherche et dans le travail institutionnel. Le banal e-mail est un véritable silo où des éléments de l’histoire personnelle sont déposés

Internet dessine de nouvelles frontières pour la psychologie clinique, la psychothérapie et le travail social.
Il n’y a pas de réponses simples aux questions que le réseau pose aux professionnels. Mais ces questions doivent être suffisamment travailler pour que le réseau ne fasse pas bruyamment irruption dans les pratiques cliniques.

Commentaires fermés.